L'histoire du Marais-Poitevin

Quand Saint Michel en l'Herm était une île

Il y a environ 100.000 ans, une brusque descente du niveau de la mer entraîna une forte augmentation de la puissance des cours d'eau de la région Vendée.

Le plateau calcaire vendéen qui occupait la surface du marais actuel a donc subit une érosion très importante due aux déchaînements de ces flots d'eau douce et seules subsista des iles dont le sol était plus dur.

Sur les cartes anciennes ci-dessous, vous pourrez voir les îles qui parsemaient le golfe des PICTONS. Ces îlots prirent les noms de : L'ILE D'ELLE, de TRAIZE, de ST MICHEL en L'HERM et de RUPELLA qui deviendra LA ROCHELLE.

Mais d'où vient au juste le nom de Golf des Pictons ?

 

 

 

Ce golf fut appelé ainsi en référence au nom d'une tribu CELTE, les Pictes ou Pictons.

 

Cette tribu celte était originaire du nord de l'Ecosse, et elle s'installa sur ces rivages aux environs de 700 avant JC.

Fouille sepultures

La présence de l'homme remonte aux fonds des âges :

Les premières traces humaines seraient estimées à 80.000 ans avant JC .

Ainsi, lors de fouille archéologique des restes de foyers ont été découverts à LA CHAIZE sur l'île de NOIRMOUTIER. Nous pensons qu'il s'agissait de tribus nomades vivant de la chasse, de la pêche et de ce que pouvait leur offrir la nature. Les premières tribus sédentaires qui commençaient à maîtriser la culture et l'élevage, se serraient installées sur les différentes îles du golf des pictons vers 8.000 avant JC. C'est à cette époque que furent érigés les fameux Dolmens et Menhirs que l'on peut voir encore debout de nos jours. Ces constructions présentes dans la région d'AVRILLE et du BERNARD gardent tous leurs mystères encore aujourd'hui, mais vous pourrez retrouver dans notre onglet "Légendes de Vendée", une part d'explication concernant la création de ces monuments.

Et il y a 10.000 ans environ, le niveau de la mer remonta et l'eau envahie la cuvette précédemment érodée, donnant naissance au golfe des pictons. Petit à petit, cette remontée des eaux va diminuer les courants des rivières, favoriser les dépôts d'alluvions et combler la cuvette. De nos jours, on peut voir que ce phénomène persiste puisque la pointe de la Faute sur mer continue à avancée chaque année dans la mer et que l'envasement de l'anse de L'Aiguillon augmente également chaque année.

Il y a 1000 ans, les Seigneurs de l'époque vont entreprendre les premiers travaux pour tenter de gagner des terres sur l'océan et rendre cette terre plus salubre et habitable. Ces seigneurs ne portaient que très peu d'intérêt à ce marais sauvage et aux quelques habitants qui le peuplaient, c'est la raison pour laquelle ils le cédèrent aux moines Bénédictins des abbayes en leur demandant d'effectuer des travaux d'assainissement en échange. Les moines, devenues propriétaires de ces terres vont fonder les abbayes de MAILLEZAIS, de NIEUL, de SAINT MICHEL en L'HERM et celle de LUCON. Et c'est à travers ces institutions que l'aménagement du marais par l'homme va prendre forme, et ce, dès la fin du Xe siècle jusqu'au règne de Napoléon III. Ce travail était gigantesque, car il fallait trouver le moyen d'empêcher l'eau de mer d'envahir les terres et réussir à envoyer les eaux des rivières vers la mer. Les populations qui occupaient les lieux, vont d'ailleurs participer à ces travaux de manière plus ou moins volontaires. Les moines commencèrent par construire une longue ceinture de digues à l'intérieur de laquelle on creusa un vaste réseau de fosses et de rigoles destinées à canaliser les eaux de pluie et des rivières en direction de la mer. Ces travaux conduisirent à la naissance des premiers marais desséchés.

Sans l'intervention de l'homme, ces terres qui pour la plus parts sont en dessous du niveau de la mer ou juste au-dessus auraient été noyer à chaque grande marée.

Enfin, plusieurs découvertes favorisant la vie quotidienne furent datées de cette époque, ainsi l'usage du Sel comme conservateur, mais aussi les savoirs liés à la navigation vont aider les hommes à mieux-vivre et faire prospérer la région. Peu à peu, vers le 3e siècle, les Pictons vont abandonner leurs cultes Animisme au profit du Christianisme. Peu après cette époque, la région fut également mise à feu et à sang par des hordes barbares venus de l'est et du nord (les SUEVESALAIN, Les WISIGOTH et surtout Les VIKINGS).

Mais revenons à nos Marais...

Au moyen-âge, la guerre de 100 ans et les guerres de Religions vont interrompre les travaux. Il faudra attendre HENRI IV, pour qu'une nouvelle volonté politique viennent relancer les travaux d'asséchement du Marais. L'assèchement du Marais Poitevin. La paix revenue, HENRI IV reprit l'idée d'assécher ce marais afin de lutter contre l'insalubrité de ces terres favorisant les épidémies dans la région. Le but de ces grands travaux était aussi de gagner des terres cultivables sur la mer afin d'endiguer les famines qui ravageaient cette époque.

Faute de moyen nationaux, HENRY IV fit appel aux protestants Flamands et Hollandais pour financer et diriger les travaux. Un ingénieur Hollandais M. BRADLEY fut donc recruté, et nommé "Maitre des digues". Ce gentil homme va commencer à élever une digue de 3 mètres face à la mer, pour lutter contre le phénomène des marées et une autre digue à l'intérieur des terres pour canaliser les eaux de pluie. Enfin, à l'époque l'électricité n'existe pas et un système ingénieux voient le jour grâce à M. Bradley et M. Siette, tous deux ingénieurs. On appellera ce système les portes des flots qui sont en fait des sortes d'écluse automatique se fermant à la montée de la marée et s'ouvrant à marée descendante. Certaines de ces portes à flot fonctionnent toujours de nos jours. Ces terres gagnées sur l'Océan deviendront aux fils des années et des siècles des terres cultivables et prospèrent grâce à la culture des céréales et de l'élevage.

De nos jours, ces marais sont devenus des zones humides fragiles à la biodiversité luxuriante, mais qu'il faut absolument respecter, protéger, mais aussi découvrirent...

Pour en savoir plus sur la région vendéenne, nous vous proposons de consulter nos onglets "Zooms sur les principaux attraits touristiques régionaux"

Le Marais Poitevin, la Venise Vert

Le marais poitevin

La Venise Verte est un paysage étonnant...


Ce Pays des chemins d'eau et du silence vert, vous offriront un spectacle visuel unique.
Ces nombreux canaux sont généralement bordés de frênes têtards et de rangée de peupliers qui forment un bocage mouillé qu'on appelle aussi "Les marais mouillés".
Et c'est à travers ce magnifique labyrinthe qu'au quotidien les maraîchins, à l'aide de leurs bateaux à fond plats menées à la pigouille ou à la pelle, transportent marchandises, pêche l'anguille et mène leurs bêtes au pré.

Une des plus belle perle de la Venise Verte : Le village de Le Mazeau

La majeure partie de la superficie de la commune est occupée par une enchevêtrement de voies d'eau qui coulent et serpentent entre les plaines, les peuplerais, les rangées de frênes têtards, et les vaches maraîchines qui broutent tranquillement en regardant passer des touristes ravis de se laisser glisser sur l'eau. De magnifiques paysages, vous attendent...Il y a bien longtemps que les hommes vivent sur le secteur qu'occupe aujourd'hui le village. La preuve, en 1862, au moment de la construction d'un pont sur la commune, on découvrit un véritable trésor : 4000 pièces romaines. Aujourd'hui, au détour d'un coin de campagne vendéen, on peut rêvasser et réinventer l'histoire de celui qui un jour laissa là sa fortune.
Embarcadère de la Venise Verte : LOCATION BARQUES, CANOËS, VÉLOS  Martine MATRAY - Rue du Port 85420 Le Mazeau – Vendée Tél : 02 51 52 90 73

Email : martine.matray@orange.fr
Pour vraiment découvrir le Marais Poitevin, un seul moyen, la barque traditionnelle avec ou sans guide-batelier ! L'embarcadère de la Venise Verte est à l'écart des lieux trop touristiques. Profitez d'une partie du Marais Poitevin encore calme et sauvage lors d'une promenade en barque avec ou sans guide-batelier, en canoë ou à vélo. Vous découvrirez l'authenticité d'un paysage, la richesse de sa flore, de sa faune, la magie du "feu sur l'eau". Bien assis sur une banquette, à bord d'une "plate", le guide-batelier vous conduit, à l'aide d'une "pigouille" dans ce dédale de conches (canaux) ombragées tout en vous racontant l'histoire du Marais Poitevin. Ouverture : Du 1er avril au 30 septembre : tous les jours et d'Octobre et novembre.

PRIX A LA BARQUE ET NON A LA PERSONNE

BARQUE AVEC GUIDE-BATELIER

Durée

de 1 à 4 pers.

de 5 à 6 pers.

45 minutes

27 €

32 €

1 heure

34 €

42 €

1 heure 30

47 €

55 €

2 heures

57 €

67 €

2 heures 30

68 €

 79 €

3 heures

80 €

89 €

BARQUE SANS GUIDE-BATELIER

Durée

de 1 à 7 pers.

1 heure

15 €

2 heures

28 €

3 heures

39 €

4 heures

45 €

CANOE

Durée

 

1 heure

13 €

2 heures

22 €

3 heures

29 €

4 heures

35 €

 

Mais bien d'autres Embarcadère peuvent également vous accueillirent

L'embarcadère CARDINAUD

A l'aube ou au crépuscule, des visites accompagnées d'un petit-déjeuner ou d'une dégustation de produits régionaux. Ou bien, Visitez sans guide-batelier... Ou encore, découvrez les « Contes et Légendes du Marais Poitevin » en partant pour 2h30 à 3h00 de promenade à la recherche des Monstres Légendaires du Marais Poitevin.

Le Marais Poitevin comme vous ne l'avez jamais vu...

Adresse :

Embarcadère CARDINAUD - Avenue de la Repentie 79460  MAGNE,  Tél : 05 49 35 85 01 Fax : 05 49 35 81 99

E-mail : info@marais-poitevin.com


L'Embarcadère de l'Abbaye est le seul embarcadère associatif depuis 1963.
Situé à L'ombre des saules pleureurs, des frênes et des peupliers, "le Vieux Port" vous invite à la découverte de la Venise Verte.

En partant de notre embarcadère, longez l'Abbaye St Pierre de Maillezais et faufilez-vous en silence par les fossés, conches et rigoles sous la voûte de verdure des frênes têtards... Vous y verrez peut-être le Martin pêcheur, le Héron, le Ragondin ou la trace de passage de la Loutre...Vous pouvez aussi partir avec un batelier ou seul, en barque ou en canoë, en famille ou entre amis. Depuis 1963, l'Embarcadère de l'Abbaye occupe ce lieu somptueux et permet l'accueil de milliers de visiteurs par an. Sur ce site caché au bout de la ruelle qui longe l'Abbaye de Maillezais, vous pourrez également profiter d'un moment de détente au bar "de l'Echauguette", avec vue directe sur le port ou vous restaurez à "La Grange aux Roseaux". Enfin, après votre visite de l'Abbaye de St Pierre, allez jeter un œil à "La Cabane de Séverine" où vous pourrez découvrir de nombreux produits régionaux en direct des producteurs locaux.

Adresse :

L'Embarcadère de l'Abbaye, Le Vieux Port 85420 MAILLEZAIS,  Tél : 02 51 87 21 87

E-Mail : contact@marais-poitevin-tourisme.com

L'Auberge de l'Abbaye

Situé à Maillezais, dans le Marais Poitevin, au cœur de la Venise Verte, ce petit restaurant L'Auberge de L'Abbaye vous offre une ambiance conviviale et agréable avec un jardin terrasse pour savourer une cuisine de tradition. Venez découvrir nos spécialités vendéennes : anguilles, cuisses de grenouilles, escargots, mogettes, farcis poitevin... Au pied du restaurant, des promenades en barque dans le Marais Poitevin (Venise Verte) vous sont proposées, ainsi que des balades dans la région.


Embarcadère : le petit port sauvage

-Possibilité de balades en balade libre ou guidée avec pigouille 1h, 1h30 et 2h

-Possibilité de pique-nique

Adresse :

Restaurant L'Auberge de L'Abbaye - imp Petit Versailles 85420 Maillezais,  Tél. : 02 51 87 25 07, Nos services spécifiques : Tél. : 06 43 92 52 74  Tél. : 06 83 47 70 29

Mail : aubergedeabbaye@orange.fr

Pour conclure, quelques autres adresses : L'Embarcadère de Damvix, l'Embarcadère du Gué de Velluire, l'Embarcadère de l'Autize à Saint Sigismond, l'Embarcadère des Capucines à Maillé

Commentaires (1)

mimi
  • 1. mimi | Ven 10 Avr 2015
trop bien

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau